Dernière modification par Johan - 2020-04-26 17:11:57

Emmaüs, un programme de remise en forme !

Luc 24 : 13-35

En ce temps de confinement, pour limiter la prise de poids due à la sédentarité, nous avons intérêt à faire un peu de gymnastique chaque jour … quelques exercices d’assouplissement pour commencer, ensuite un peu de « cardio » pour stimuler notre endurance, et enfin des exercices de renforcement musculaire !
Il ne faudrait pas que nous nous retrouvions complètement mous et avachis au moment du déconfinement !!
Et bien le calendrier liturgique nous invite, aujourd’hui, à faire un peu la même chose : bien que nous ayons fêté Pâques il y a 15 jours, ce matin, la péricope de l’Evangile de Luc nous ramène au jour-même de Pâques !
Gymnastique liturgique, donc, pour nous remettre dans l’état d’esprit des disciples au jour de la découverte du tombeau ouvert …
Au programme, assouplissement spirituel pour écouter le Christ, puis du « cardio » bien nécessaire pour suivre le Christ avec endurance, et enfin un travail de renforcement de notre foi et de notre communion nous attend.
Nous sommes prêts ?

Commençons par l’assouplissement …
Tout comme nous nous dérouillons les poignets, la nuque, les épaules, le bassin par des mouvements circulaires, l’évangéliste Luc nous propose d’assouplir nos idées un peu rigides, de détendre nos attitudes un peu raides, ou nos postures ankylosées par les événements de notre vie.
Il est bien compréhensible que les circonstances actuelles aient sensiblement réduit l’horizon de nos rencontres, de nos échanges, de nos partages et, légitimement, nous sommes menacés de tourner en rond, tant dans nos appartements que dans nos têtes et nos cœurs.
Au fil de ces semaines, nous sommes guettés par l’enfermement dans des pensées négatives et confinées, exposés à une lassitude qui pourrait mener à la tristesse, à l’engourdissement, à l’abattement.
Luc nous raconte donc comment ces deux disciples ont été invités à sortir du cercle vicieux de leurs pensées négatives, tournant en boucle dans leur tristesse, grâce au Christ qui cheminait à leurs côtés.
Christ les a rejoints, s’est fait proche, les a écoutés, il a pris la mesure de leur condition spirituelle, et comme un bon coach, il a adapté son programme de remise en forme !
N’est-ce pas magnifique de pouvoir bénéficier d’un tel accompagnement personnalisé ?! … Avec le Christ il en a toujours été ainsi, et il en sera toujours ainsi ! Une présence et un soutien adaptés à la situation de chacun.

Nous pouvons avoir une petite idée de ce programme de remise en forme spirituelle, que le Christ leur a proposé.
Après avoir réalisé son diagnostic et vu où ils en étaient, le Christ commence par les bousculer un peu, les provoquer, pour les faire réagir. Pour dégourdir leurs pensées engourdies, pétrifiées, pour les faire bouger, il les interpelle: « Esprits sans intelligence » (Lc 24 :25) ! Phrase bien sentie pour un électro-choc !
Pour le croyant, le programme de remise en forme débute donc par une prise de conscience de son engourdissement et de ses raideurs!
Ouvrir les yeux, se voir en vérité, et réaliser combien nous nous sommes installés dans un mode de foi, de relation, de communion, qui mobilise toujours un peu les mêmes ressorts, les mêmes attitudes, les mêmes paroles, …
Une forme de foi qui fait que nous avons négligé d’autres aspects de cette vie riche et dynamique à laquelle Dieu nous invite.
Nous nous sommes probablement habitués à recourir toujours un peu aux mêmes paroles, formuler les mêmes demandes, reproduire les mêmes idées sur Dieu, sur la Bible, sur le prochain, sur nous …
Et voilà, qu’ici, Christ nous propose de « secouer » ces modèles-là et d’aller voir plus loin ! Découvrir qu’il y a d’autres choses à voir, à entendre, à percevoir, d’autres ressources, en nous, à mobiliser, d’autres actions à mettre en œuvre, … un peu comme, après un exercice physique nouveau, nous découvrons le lendemain à cause de nos courbatures que nous disposons de bien plus de muscles que ce que nous pensions !
Alors oui, par ce temps passé à nous assouplir, à nous dégourdir, à nous faire redécouvrir ce que nous avions oublié, le Christ veut nous emmener à faire d’autres découvertes, dans la rencontre avec le texte biblique !

2e étape donc ce programme de remise en forme: le « cardio » ….
L’endurance et l’élimination des calories superflues seront à l’ordre du jour !
Le Christ entraîne ainsi les disciples dans un parcours de relecture de leurs textes saints. Quels textes Jésus a t’il bien pu utiliser ? Quels passages a t’il ainsi relus avec ces deux chanceux ? Nous n’en savons rien, au grand dam des exégètes!
Ce que nous savons c’est qu’il s’est attelé à une réinterprétation des Ecrits du Premier Testament (une « herméneutique à travers les textes » - «diherméneuô» mentionne le grec : de « dia » - à travers et « hermeneuô » interpréter – une forme qui a donné « herméneutique- interprétation »)!
Un parcours à travers les textes pour les faire résonner les uns avec les autres, et les faire consonner avec ce que les disciples avaient vécu les dernières semaines, quand ils suivaient ce « prophète puissant en œuvres et en paroles » (Lc 24 :19) !
Ce que ces disciples connaissaient, qu’ils lisaient, méditaient, priaient depuis leur plus tendre enfance n’avait pas été mis en perspective avec ce qui venait de se passer. Le voile de la tristesse, des difficultés, de la déception recouvrait le message que ces textes du Premier Testament leur annonçaient. Christ les invite à cette relecture et à cette nouvelle interprétation des textes, dans leur vie d’aujourd’hui !
Voilà qui demande du souffle, de l’endurance et de la discipline : lire et relire chaque jour ces « vieux » textes, leur donner de l’espace en nos cœurs et nos vies pour qu’ils y déploient toujours plus leur sens … voilà le cardio !
Les reprendre, régulièrement, pour qu’ils repoussent à chaque fois les limites de nos cœurs, de nos esprits, de nos engagements : que ces textes relus, réinterprétés à la lumière de notre actualité nous ouvrent à plus d’attention, et d’amour, élargissent notre compréhension, modifient nos critères d’évaluation, éclairent et renouvellent nos actions.
C’est un travail de longue haleine, qui demande discipline, endurance, conviction et engagement : se laisser coacher par le Christ, qui reste à nos côtés et nous prodigue ses encouragements pour ne pas baisser les bras.
Un parcours qui - petit à petit- va nous faire brûler les calories inutiles, éliminer en nous ce qui nous rend lourd, ce qui nous empêche d’agir avec joie pour la cause du Royaume.

Dans les exercices de « cardio », c’est le souffle qui compte : et pour cela nous pouvons compter sur le Père, qui ne demande pas mieux que de nous le donner, son Souffle, son Esprit pour toujours mieux le suivre.
En restant au plus près de Lui, dans sa présence et à l’écoute de Sa Parole, nous serons mis au bénéfice de ce Souffle qui régénère.

Vous le savez bien, l’endurance vient avec la pratique …
Dans le jogging, par exemple, la pratique régulière de la course apporte de l’endorphine, cette hormone que le cerveau secrète pour soulager le stress et créer du plaisir.
Plus on court régulièrement, mieux on se sent …
Avec la Parole, c’est la même chose : le Christ est notre coach personnel pour parcourir les pages de l’Écriture avec endurance et persévérance, les traverser, et y trouver toujours plus de plaisir ; car cette Parole parle de Dieu et de nous, de notre histoire commune, de ses projets pour la création, pour chacun de nous.
Les 2 disciples d’Emmaüs ne s’y sont pas trompés ; ils demandent au Christ de ne pas les quitter, de rester encore un peu avec eux pour poursuivre cette partie de leur remise en forme.
Comme ils ont eu raison ! Comme ils ont bien fait de vouloir continuer la rencontre ; en l’invitant à rester, ils ne voulaient pas faire du sur-place, mais passer à la 3è étape du programme :

3e étape : le renforcement musculaire à présent … Ce que les disciples ont commencé avec le Christ, ils veulent le poursuivre : « Ils le pressèrent en disant : ‘Reste avec nous, car le soir approche, le jour est déjà sur son déclin’. Il entra pour rester avec eux. Pendant qu’il était à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction ; puis il le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux. Et ils se dirent l’un à l’autre : ‘Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures ?’ » (Lc 24 : 29-32)
Par le partage du pain, ils se découvrent encore renforcés dans leur remise en forme !
Par ce temps d’échanges, de partage de l’intimité du Christ, ils ont découvert le lieu où fortifier ce qui les met en mouvement.
Le temps du repas leur a permis d’approfondir cette communion retrouvée avec leur Seigneur, ils ont découvert où nourrir leur vie et leur foi sur le long terme.
Plus jamais ils ne se sentiront seuls désormais : ils ont reçu les signes qui désormais alimenteront leur marche.

La Parole interprétée, commentée et le pain partagé sont au cœur de notre vie de foi ; ce sont les 2 piliers sur lesquels nos cultes reposent. Ils sont au cœur de ce qui est célébré : Dieu qui se donne à voir et recevoir, Parole qui se fait perceptible, sensible sous les signes du pain et du vin.
Par ces signes, Dieu nous rappelle que nous ne sommes plus seuls.

Voilà ce qui met en joie, voilà ce qui remet les 2 disciples debout : « S’étant levés, à l’heure même, ils retournèrent à Jérusalem et trouvèrent assemblés les onze et leurs compagnons » (Lc 24 : 33)
Ce sont bien 2 ressuscités qui reprennent le chemin de Jérusalem ! « S’étant levés » est en effet une des formes verbales utilisées pour parler de la Résurrection.
Ressuscités, remis debout, relevés, restaurés dans leur vie, dans leur foi, les voilà partis partager cette joie avec leurs frères et sœurs en la foi.
Ensemble, ils seront à-même d’affronter les épreuves qui les attendent, de rendre témoignage de cette Vie donnée, de partager à tous la joie qui ne s’éteint pas !

Les assouplissements pour finir ….
Comme ils sont entraînants ces disciples d’Emmaüs, comme nous avons envie de leur ressembler, de les suivre, de nous joindre à leur programme de remise en forme.
Alors, levons-nous aussi, lançons-nous dans cette aventure !
La foi est un sport qui est accessible à tous !
Chacun, à son rythme, et selon ses capacités personnelles, peut se faire coacher par le Christ. Il vient nous retrouver là où nous en sommes de notre forme et de notre santé, il nous invite à lui faire confiance, et à nous laisser guider, étape après étape, sur ce chemin de résurrection.
Si nous nous sentons mous, sans tonus, en manque d’énergie, laissons-nous rejoindre par le Christ, et entraîner sur cette voie pleine de belles rencontres et découvertes.
Si nous avons déjà entamé ce parcours, n’hésitons pas à aller partager ce qui nous met en mouvement avec d’autres, avec ceux qui manquent d’énergie, avec ceux qui ont été blessés par la vie et se sont ankylosés, pensant se protéger ….
En ce temps de confinement, ce partage d’énergie, de foi, d’espérance et de vie est un bien de première nécessité !

‘Notre cœur ne brûlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures ?’ »
Amen

Pasteure Isabelle Detavernier
Le 26 avril 2020
(enregistré par Benjamin)