Dernière modification par Johan - 2020-12-06 15:41:05

Parole de Dieu au cœur

Ésaïe 40, 1-11 ; Marc 1, 1-8 ; II Pierre 3, 8-14

« Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem, criez-lui que son combat est terminé, qu'elle s'est acquittée de sa faute, qu'elle a déjà reçu du Seigneur le double de ce qu'elle méritait pour tous ses péchés ». Considérons-nous comme Jérusalem et Dieu nous parle au cœur ce matin : « L'herbe se dessèche, la fleur se fane quand le souffle du Seigneur passe dessus. Vraiment, le peuple est de l'herbe :l'herbe se dessèche, la fleur se fane ; mais la parole de notre Dieu subsistera toujours. »(Es40,1-2 ;7-8). Attachons-nous à cette Parole de Dieu en l’aimant de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre force. Gardons toujours en notre esprit et cœur, notre double citoyenneté: celle qui est terrestre appelée un jour à disparaitre et celle qui est céleste, nous accompagnera jusqu’à l’éternité. Laissons-nous transformer par cette parole de notre Dieu car elle subsiste éternellement. Ne nous attachons pas à ce qui est éphémère . Laissons entrer dans notre « désert de vie » ,« celui qui vient » afin de le transformer en terre fertile .

Le Dieu de la Bible est celui d’un nouveau départ . Il restaure nos vies , il reconstruit nos projets abandonnés en chemin suite aux difficultés variées qui dépassent l’entendement humain . Pendant ce temps d’attente, frayons le chemin du Seigneur! Aplanissons une route pour notre Dieu dans la plaine aride. Acceptons que Dieu puisse nous parler au cœur puisqu’ il nous apporte la Bonne Nouvelle de vie. Oui, la consolation ! On peut dire qu’il y a eu quelque chose de triste ,de peine profonde, d’abattement, d’accablement, de chagrin, de désespoir, de désolation, de détresse, de tourment !

Or, « La joie au cœur égaie le visage, le chagrin provoque la mauvaise humeur » (Pr1513). Par cette affirmation, nous pouvons nous rendre compte que le cœur joue un rôle très important dans l’être humain .Ce dernier est composé de plusieurs systèmes, de milliards des cellules , avec trois fréquences de battements du cœur c’est-à-dire au repos , en fréquence maximale et à l’effort par minute. Sa température de fonctionnement est 37° avec ses cinq sens pour la communication. Notamment :--Le Goût (la bouche) --L’odorat (le nez )-L’Ouïe(les oreilles)-- Le Toucher (la peau) et la Vue ( les yeux). Il ressort de tout ce qui précède que l’homme est certainement un édifice, une structure culturelle et physique .

Le cœur physique de l’homme assure la circulation du sang en le pompant vers les vaisseaux sanguins et les cavités du corps par des contractions rythmiques. De ce point de vue, il est évident que l’être humain puisse bien le gérer afin de faire face devant toutes les situations bonnes ou mauvaises. Celui-ci a besoin d’être consolé, d’être réconforté et surtout pendant ce moment de crise sanitaire qui frappe de plein fouet tous les secteurs de la vie . Qu’est-ce qu’il faut faire ? Pour répondre d’une manière sommaire : Tournons nos yeux vers « celui qui vient » .

C’est ainsi que le porte-parole de Dieu , Ésaïe avait déjà prédit dans son livre qui comporte trois parties (1-39 ;40-55 ;56-66) que le Messie allait venir et il donna aussi une description complète de son histoire (sa naissance :7,14 ; sa famille 11,1 ;son onction :11,2) ; Sa Mission ( illuminer 9,1 ; établir le droit 42,4 ;libérer 42,7 ;porter les fardeaux 53,4 ;sauver en souffrant 53,5; porter le péché 53,6 ; interceder 53,12) ;

ses Titres (Emmanuel7,14 ; Dieu Puissant 9,5 ; Prince de Paix 9,5..) et ses caractéristiques (Splendeur 9,1 ; Sagesse 11,2 ; Discernement spirituel 11,3; Justice 11,4 ; Fidélité 11,5 ; Silence 42,2 ; Douceur 42,3 ; Persévérance 42,4 ; Souffrance pour les autres 52,14 ;Compassion 53,4 ;Humilité 53,7 ; Sans péché53,9 ; Pouvoir de sauver 53,11 ; Grandeur 53,12) . IL faut dire que l’action du prophète Ésaïe de décrire, de représenter, d'exposer l’histoire , la mission , les titres et les caractéristiques de Christ n’est pas anodine , sans importance , sans relief … C’est justement ici, en cette période d’attente que nous devons appréhender ce portrait du Christ car avec Lui nous ferons  « Alliance » pour notre cheminement dans tous les domaines de notre vie. Nous n’avons donc plus à tarder pour ouvrir les portes de nos cœurs dès l’annonce de sa venue . C’est ici la Bonne Nouvelle qu’Ésaïe déclare et relayée par Jean -Baptiste .

Généralement, le cœur indique le centre qui gouverne l’être entier, le siège de la volonté (Mc3,5), de la pensée (Mc 2, 6) et des sentiments . N’est-ce pas que le livre de Proverbes dit: « Avant tout, prends garde à ce que tu penses au fond de toi-même, car ta vie en dépend. »(Pr 4,23) L’homme a besoin d’apaisement en son intérieur. Durant cette période d’attente, malgré «nos déserts » sous plusieurs formes, frayons le chemin du Seigneur ! Aplanissons une route dans une terre aride ! Dans sa méditation du 1er dimanche de l’Avent (29/11/2020), notre Pasteure Isabelle Detavernier, a relevé un point important en disant  : «… Et si au lieu de nous lamenter, de nous plaindre, de râler, nous en profitons pour vivre l’attente tout différemment ! Car si nous vivons l’attente différemment , nous vivrons Noël aussi différemment…Le regard sur le présent détermine l’avenir… ». En ce deuxième dimanche de l’Avent , nous continuons dans cette même vision avec d’autres aspects pour nous rapprocher davantage de notre thème de l’année :  « Heureux ! En marche vers l’espérance  ».

Voilà pourquoi notre méditation va être focalisée sur : « La Parole de Dieu au cœur : source de consolation et d’espoir dans la persévérance ». En effet, « le mot cœur désigne l’homme intérieur au sens large . La pensé hébraïque concevait l’homme comme un tout avec la somme de ses attributs physiques, intellectuels et physiologiques ; elle plaçait le cœur au centre de contrôle de tout cela  » (Nv Dic. révisé et augmenté ,E,p267) . Nous allons réfléchir progressivement sur trois préoccupations essentielles pour vivre l’Avent et Noël avec de nouvelles perspectives . Il s’agira de : (1) L’impact de la parole de Dieu dans nos vies quand celle-ci est bien reçue et surtout pendant la période de crise ! (2) Les obstacles de cette visée ! et (3) Comment remédier à cette situation ?

1. L’impact de la Parole de Dieu dans nos vies
Nos motivations intérieures sincères trouvent une place de choix dans l’Alliance avec Dieu étant donné que notre obéissance à sa souveraineté, à sa loyauté, à sa justice déterminera le degré de notre engagement dans l’Alliance avec Lui . C’est alors que nous pouvons nous mettre humblement à son service auprès des autres . N’est-ce pas il est écrit : « Voici , l'obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l'observation de sa Parole vaut mieux que la graisse des béliers… » (1S15,22). Rappelons-nous de cette histoire du roi Saül qui commet encore une faute et Dieu le rejette. Dieu dit au prophète Samuel :« Je regrette d'avoir choisi Saül comme roi. En effet, son cœur s'est éloigné de moi, et il n'a pas fait ce que je lui ai commandé. Samuel est bouleversé et il crie vers le Seigneur toute la nuit. »(1S15,11).

« Celui qui vient » et que nous attendons avec dynamisme, il nous annonce ce matin : « Que votre parole soit « oui, oui » , « non, non » ; ce qu’on ajoute vient du mauvais» (Mt5,37). Ce passage, pris dans un contexte culturel juif, peut aujourd’hui s’étendre dans plusieurs domaines de notre vie. En effet, toutes nos paroles devaient être dites également sous le serment de la vérité . C’est bien ici, qu’on découvre l’être humain qui honore sa parole. Dans nos actes journaliers, quelles que soient les circonstances dans lesquelles nous nous trouverons, le Seigneur nous invite à dire ce qui est conforme à la vérité et cela dans le respect mutuel . Pourtant, ceci peut même conduire parfois à un laborieux prix à payer et les causes sont multiples! Les témoignages en ce sens sont courants sur les traitements des prophètes , dans la Bible . Au fait, notre «oui » doit être sûrement « oui » et notre « non  »doit désigner « non » . En réalité, nous nous désengagerons de la déformation de la vérité ainsi qu’à toute forme de dissimulation.

La qualité de la réceptivité d’un message authentique au cœur nous pousse à un engagement ferme pour accomplir une mission ,une obligation, une tache , un devoir… quels que soient les milieux ou les circonstances . Ensuite, un message digne de confiance et d’espérance va pouvoir créer une flamme de motivation dans notre cœur jusqu’à ce qu’une action soit concrètement réalisée . De ce point de vue, on ne peut pas échapper du chemin de la persévérance ni de la patience .

Il est fort clair de constater que si une pensée est bien accueillie ,quelle que soit son origine, celle-ci traverse notre zone de confort ou territoire de protection pour terminer sa course au cœur. C’est à partir de nos actions que les autres peuvent découvrir les fruits de nos pensées même si on peut chercher à les cacher… « Quand une semence est tombée dans la bonne terre, en principe , elle doit donner du fruit, ...(Mt13,8).

Le prophète Ésaïe était conscient et authentique de son appel par Dieu : « Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? » . Ésaïe répond par un « oui » venant non des lèvres mais de son cœur : « Me voici, envoie-moi » . Pourtant il a été incompris par le peuple. Très bien avant , au début de son livre , l’auteur nous montre à quel degré Dieu manifeste sa grande déception sous forme d’un procès contre son peuple en s’identifiant comme un Père face à ses enfants infidèles: « …J'ai nourri et élevé des enfants, Mais ils se sont révoltés contre moi. Le bœuf connaît son possesseur, Et l'âne la crèche de son maître: Israël ne connaît rien, Mon peuple n'a point d'intelligence. Malheur à la nation pécheresse, au peuple chargé d'iniquités, A la race des méchants, aux enfants corrompus! Ils ont abandonné l'Éternel, ils ont méprisé le Saint d'Israël. Ils se sont retirés en arrière...»(Es1,2-4) Constat : le peuple du Seigneur ne connait pas son Dieu, le pays de Juda ressemble à un désert. Ainsi , un jour viendra où le Seigneur fera reconnaitre sa puissance. Certains spécialistes de la Bible pensent que ce livre d’Ésaïe contient d’abondants thèmes et enjeux pour les lecteurs de notre époque . Notamment : « Foi et politique ; Messianisme et eschatologie ; le Serviteur de Yhwh  » (Jacques Vermeylen ,Introduction à l’Ancien Testament ,pp 422-3).

Durant la crise, Ésaïe atteste que Dieu agit dans l’histoire de son peuple. Toutefois , il dénonce et désapprouve les comportements injustes et les mauvaises pratiques religieuses qui ont été à la base de cette crise . Le prophète prend son courage en invitant les israélites à croire en Dieu et surtout à lui faire encore confiance . Ésaïe continue avec ses prédications et ses exhortations malgré les imperfections des israélites qui avaient d’ailleurs ouvert les portes aux armées étrangères. Effectivement, les pouvoirs étrangers ont envahi les deux Royaumes : le Royaume d’Israël et celui de Juda. Comme vous le savez, les conséquences de ces occupations seront déplorables, lamentables, pitoyables …les peuples sont déportés et vivent en exil . Ceux qui sont restés au pays doivent payer les tribus aux envahisseurs (Syrie ,Assyrie , Babylone…) Ils vivaient dans les cauchemars, les tourments ,dans une ardente souffrance morale … ..

Bien que le contexte ne soit pas le même aujourd’hui ! Le Seigneur nous invite dans un dynamisme de marche avec discernement selon sa volonté pour éviter de tomber sous les pouvoirs étrangers c’est-à-dire faire attention à tout ce qui peut compromettre à la vie du Royaume. On peut alors se poser la question : « Dans quel état d’âme se trouvait ce peuple qui était complètement privé de leurs libertés et droits ? ». Ceux ou celles qui ont déjà vécu la guerre ou une occupation étrangère en connaissent quelque chose. Un peuple qui est soumis aux travaux forcés ! Les exilés se demandaient si Dieu les avait tout simplement abandonnés ! Et finalement , toujours dans son plan d’amour, Dieu instruit son porte-parole Ésaïe pour encourager et consoler son peuple dans cette deuxième partie du livre (40-55) qui s’ouvre par cet appel : « Consolez, consolez mon peuple, dit votre Dieu. Parlez au cœur de Jérusalem, et criez lui que sa servitude est finie, que son iniquité est expiée, qu'elle a reçu de la main de l'Éternel au double de tous ses péchés. »

Justement, l’annonce de la Bonne Novelle est là ! La servitude est finie, l’iniquité est expiée car Dieu a manifesté sa bonté et sa miséricorde par un nouveau départ sur de nouvelles bases . Le message d’Ésaïe fait son écho chez l’évangéliste Marc qui présente Jésus comme le parfait Serviteur de Dieu, le Fils de Dieu, sans pourtant donner le récit de sa naissance moins encore sa généalogie. La priorité pour lui, c’est le Ministère de Jésus. Jean-Baptiste parut dans le désert , il baptisait et proclamait un baptême de changement radical, pour le pardon des péchés (Mc1,4). Jésus s’est soumis au baptême bien qu’étant «Saint ,sans défaut…» (Hb7,26) .Toutefois, il prend place au milieu des pécheurs repentants. Durant cette période de pandémie, aucun secteur d’activités n’est épargné .Nous sommes tous comme dans «les déserts» et chacun à sa manière ! Et voici la Bonne Nouvelle, à nous de l’ accueillir avec joie malgré tout. Les déserts dans la Bible sont décrits de plusieurs manières . Comme :

  • Endroits inhabités et solitaires (Jr2,6 ;Mc6,31)) : Nous implorons la grâce de Dieu afin que la Bonne Nouvelle nous parvienne …en consolation…par le Saint-Esprit..
  • Sans chemins tracés (Es43,19) : celui qui vient dit : « C'est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. Personne ne vient au Père sinon par moi. » (Jn14,6)
  • Vastes et terribles (Dt1,19) : Ouvrons les portes de nos cœurs pour accueillir celui qui vient étendre sa souveraineté et nous accorder une Paix sans fin par l’équité et la justice pour toujours . C’est lui le Conseiller admirable ,Dieu-Héros, Père Eternel, Prince de Paix…(Es9,5)
  • Vides et hurlants: IL vient nous chercher dans nos déserts, dans un chaos désagréable et infructueux parce qu’il a reçu la Mission de nous entourer et de prendre soin de nous en nous comblant de tout… « pareil à l'aigle qui excite sa nichée, tournoie au-dessus de ses petits, déploie ses ailes, les prend, les porte sur ses plumes. » (Dt 32,10-11)

2. Les obstacles à cette visée
Quelques facteurs parmi tant d’autres qui nous empêchent de laisser la Parole de Dieu nous transformer

(1) La peur : Elle désarticule les actions d’une personne « Or, sans la foi, il est impossible de lui plaire, car celui qui s'approche de Dieu doit croire que celui-ci est et qu'il récompense ceux qui le recherchent. » (Hb11,6). La peur fait une bonne association avec les inquiétudes. Pourtant, Jésus dit : « Ne vous inquiétez donc pas, en disant : Qu'allons-nous manger ? » Ou bien : « Qu'allons-nous boire ? » Ou bien : « De quoi allons-nous nous vêtir ?... votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d'abord le règne de Dieu et sa justice, et tout cela vous sera donné par surcroît. Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain s'inquiétera de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. » (Mt6,31-34). La peur de « qu’en dira-t-on» paralyse la motivation !

(2) Le manque d’écoute totale : Parfois, nous sélectionnons les messages par rapport à nos préférences pour essayer de combler nos vides, justifier nos ambitions ou toute autre chose au détriment de la Parole de Dieu. Cependant « …la parole de Dieu est vivante, agissante, plus acérée qu'aucune épée à deux tranchants ; elle pénètre jusqu'à la division de l'âme et de l'esprit, des jointures et des moelles ; elle juge des sentiments et des pensées du cœur. » Laissons la parole de Dieu faire un travail de profondeur de l’homme intérieur par l’action du Saint- Esprit.

3. Comment remédier à cette situation ?
Nous sommes appelés à demeurer en Jésus, car sans Lui ,nous ne pouvons rien faire. (Jn15,5)

Laissons-nous transformer par la Parole de Dieu sous la direction du Saint – Esprit car il est l’auteur et la source de la vie (Ro8,2). « De même aussi l'Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il nous convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables; et celui qui sonde les cœurs connaît quelle est la pensée de l'Esprit, parce que c'est selon Dieu qu'il intercède en faveur des saints » (Rm 8,26-27)

Au commencent de toute chose ,il est important de mettre le fondement . Dès le premier jour de la création , « Dieu sépara la lumière et les ténèbres. »(Gn1,4) Voilà pourquoi au début du ministère de Jean-Baptiste et de Jésus ,ils n’ont cessé d’adresser à leurs auditeurs une transformation radicale de l’être humain dans sa nature propre (essence) . La conversion dans notre être intérieur , au siège de la raison, la réflexion et la volonté. Le Saint-Esprit joue un rôle très important dans l’annonce de l’Evangile ...Et d’ailleurs ,l’objectif final de la Bonne Nouvelle, c’est la transformation de l’être humain.

• Ce que nous pouvons retenir 

Jésus vient nous apporter la vraie consolation dans nos différents « déserts » dans lesquels nous pouvons également expérimenter la maturité spirituelle afin de mener une vie équilibrée loin des illusions. Par conséquent, soyons autant des consolateurs auprès des autres. Nous ne devons pas ignorer que devant le Seigneur, «un jour est comme mille ans, et mille ans sont comme un jour ». IL est capable de changer notre situation car sa gestion du temps n’est pas comme la nôtre .

Le Seigneur ne tarde pas dans l'accomplissement de la promesse, comme quelques-uns le croient; mais il use de patience envers nous, ne voulant qu'aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance. Le Seigneur nous accepte tels que nous sommes à cause de son Amour et de sa Mission pour nous libérer de tous nos fardeaux et essuyer nos larmes.

Dans cette période d’attente, avec de nouvelles perspectives, préparons le chemin du Seigneur dans l’espérance, la persévérance, la confiance et la patience car « celui qui vient » est le bon Berger , la Lumière du monde ,le pain de vie ,le chemin, la vérité ,la Parole...

« Comme un Berger, il paîtra son troupeau, Il prendra les agneaux dans ses bras, et les portera dans son sein; Il conduira les brebis qui allaitent. » La Parole de Dieu au cœur : source de consolation et d’espoir dans la persévérance .

Amen

Guy Bokenge
Le 6 décembre 2020